Dichotomies

Avec Stéphane Gross, Ailhbe Ni Bhrian, Julie Bonnaud, Julia Dreiski, Pierre Gallopin, Anthony Bodin, Hélène Leflaive.



Les œuvres présentées au Vivarium puisent largement dans le vocabulaire de formes géométriques : point, ligne, carré, grille, pyramide … Il en résulte des oeuvres d’un certain formalisme que l’on pourrait hâtivement soupçonner d’auto-référencement stérile. Pourtant ces formes épurées ont été prélevées dans l’environnement le plus ordinaire : empreintes de carrelage, tapis de voiture repeints, typographie détournée, feuille de papier millimétré. A partir de ces éléments très concrets, il s’agit de rendre sensible des idées plus abstraites, tel que l’acte de peindre, l’opacité du langage, l’idée géométrique de la ville, le devoir de mémoire. Dans une grande économie des moyens, les artistes procèdent ainsi un va-et-vient constant entre abstraction et concrétisation, un habile jeu avec les limites entre ces deux champs pas nécessairement dichotomiques.

S’inscrivant dans un lieu dont le quotidien relève de la création, l’exposition présentée au Vivarium rassemble des oeuvres pour lesquelles les notions de processus, de travail ou d’atelier résonnent tout particulièrement.